Exposition

juin 10th, 2016

Ochre Magic

décembre 15th, 2015

Ouvert pour les visites guidées toute l’année sur demande

Couverture catalogue

Une nouvelle exposition sur l’art aborigène australien intitulée OCHRE MAGIC est présentée au public depuis le 5 Juin 2016. Il s’agit d’un hommage aux grands artistes du Kimberley en Australie-Occidentale, qui, pour perpétuer la tradition, peignent en utilisant des ocres et des pigments naturels.

Contrairement aux expositions précédentes présentées à « La grange » qui montraient la grande diversité de l’art aborigène en Australie, les nouvelles œuvres exposées, toutes issues de la collection de la Fondation Burkhardt-Felder Arts et Culture, proviennent du Kimberley, tout au nord de l’Australie-Occidentale. Les artistes continuent d’y collecter leurs propres ocres sur les terres avec lesquelles ils sont en connexion spirituelle, dans le but de créer leurs toiles contemporaines uniques.

Le Kimberley est une région dont la superficie représente environ dix fois celle de la Suisse, délimitée au nord et à l’ouest par l’Océan Indien, au sud par le Grand Désert de Sable, et à l’est par le Désert Tanami. Sa population n’est pas très importante et fluctue avec les saisons, comptant en moyenne 35’000 habitants, dont la moitié est aborigène. Il n’y a qu’une seule route asphaltée qui traverse cette vaste région. Le paysage du Kimberley est varié, ancien, et passe des collines de grès et de calcaire aux rochers creusés par l’érosion des côtes, des plaines inondées par les rivières Fitzroy et Ord aux dunes ondulantes du désert. Les formes étranges des rocs et des montagnes qui caractérisent ce pays sont souvent représentées dans l’art. Les Bungle Bungles, dômes géologiques spectaculaires, striés d’orange et de noir, font partie de ce paysage ancien. Découverts par les Blancs en 1980 seulement, les Bungle Bungles ont toujours été connus des Aborigènes sous le nom de Purnululu comme étant un site sacré dont l’artiste Jack Britten fut le gardien durant sa vie.

La plupart des artistes ont travaillé comme meneurs de bétail sur les grandes fermes d’élevage de leur pays ancestral avant d’en être expulsés avec leurs familles suite à l’éclatement d’un conflit salarial dans les années 1960. La misère s’installa, jusqu’à ce que les Aborigènes reçoivent finalement un peu d’aide des missionnaires et du gouvernement. De nouvelles communautés ont vu le jour, favorisant l’éclosion de formes d’art uniques.

Rover Thomas, un ancien meneur de bétail ayant perdu son travail, a rejoint la communauté Warmun à Turkey Creek. C’est à cet endroit qu’il a reçu en rêve les fondamentaux de la cérémonie Gurrir Gurrir, composée de chants et de danses, et pour laquelle des panneaux cérémoniaux ont été peints. Ces planches ont débouché sur l’éclosion du mouvement d’art contemporain de la région, dont Rover Thomas est le représentant le plus illustre, mondialement connu. Son Rêve du Poisson Barramundi, de deux mètres et demi de large, est une œuvre majeure typique du Kimberley, peinte dans un style minimaliste avec des ocres et des pigments naturels. D’une manière audacieuse et abstraite, elle offre un condensé d’éléments mythologiques et topographiques.

Les Wandjinas, largement représentés dans cette nouvelle exposition, sont des Esprits ancestraux très puissants du Kimberley Occidental, peints avec brio et respect par le grand vieil homme du Kimberley qu’était Jack Dale. Des artistes de Balgo et de Fitzroy Crossing, communautés situées plus loin dans le désert, sont également exposés. Les ilmas, des planches cérémonielles utilisées sur la côte nord-ouest de l’Australie-Occidentale, ainsi que des coquillages de nacre gravés donnent encore plus d’informations sur la culture et les croyances de cette partie du Kimberley.

Des noix de baobab gravées, des têtes peintes ou sculptées, complètent cette exposition.

Deux experts, le Professeur John Stanton et le Docteur Arnaud Morvan, ont apporté leur contribution au catalogue en rédigeant des articles sur l’histoire des Aborigènes, leurs rites et leur art. Le catalogue de 104 pages en quadrichromie, disponible en français-allemand, ou en français-anglais, propose des biographies détaillées des artistes et des descriptions de leurs œuvres et de leurs techniques.

Dans l’exposition, chaque toile est accompagnée d’un résumé tiré du catalogue. Un documentaire décrivant l’histoire et la culture des Aborigènes d’Australie-Occidentale est projeté dans le cinéma de poche.

 

T. Burkhardt in front of Freddie Timms' triptych, photo ©F. Charrière

T. Burkhardt devant le triptyque de Freddie Timms, photographie ©F. Charrière

G. Burkhardt in front of Rover Thomas' Barramundi Dreaming, photo ©Y. André

G. Burkhardt devant le tableau de Rover Thomas, photographie ©Y. André

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Fondation Burkhardt-Felder Arts et Culture 2015